Cette publication de marie france qui m’a choquée

Je suis récemment tombée sur une publication du site mariefrance.fr qui m’a franchement interpelée. Bien qu’elle date de 2019 et ne soit donc pas très récente, le sujet n’en reste pas moins intemporel. Cette parution est un diaporama qui présente les photos d’une dizaine de célébrités féminines, à l’intitulé on ne peut plus cash : “Ces belles filles finalement moches”.

D’entrée de jeu, on ne s’attend pas à un ton des plus sympathiques, mais je dois dire que j’étais bien loin de m’imaginer ce qui allait suivre. Pour chacune de ces stars, le texte qui accompagne leur photo se résume en un concentré de critiques désobligeantes à propos des traits physiques que la rédaction (l’auteur ou l’autrice n’étant pas spécifié(e)) considère comme disgracieux, pour ne pas dire laids.

Un pilori des temps modernes

Voici un florilège des termes et expressions que l’on peut lire tout au long de cette publication

  • “Elle parait plus âgée, mais pas plus belle.” 
  • “Si elle cartonne aujourd’hui sur le tapis rouge, c’est surtout pour ses talents d’actrice. Elle a des yeux de biche et un magnifique sourire, mais sa beauté se résume à cela” 
  • “​​Si elle a atteint cette célébrité, c’est surtout grâce à sa forte personnalité et non à sa beauté.”  
  • “Si vous mettez de côté sa célébrité, ses robes de marque et son maquillage parfaitement posé, vous serez surpris de découvrir un visage ordinaire, parfois même moche.” 
  • Belle ou non ? Les avis divergent sur cette actrice française.”
  • “Si la diva est gâtée par ses nombreuses qualités de chanteuse, la beauté n’en fait pas partie. Dans tous les cas, elle reste aujourd’hui relative, car ses rides commencent à se multiplier.” 
  • “Lorsque l’on travaille dans le monde de la mode et du cinéma, la beauté est une obligation.” 
  • “La star est sur le point de perdre petit à petit son charme.
  • “Même chargée de maquillage, elle n’a plus ses séduisants traits.” 
  • “La star est dotée d’une élégance indéniable. Toutefois, de nombreuses personnes la trouvent trop maigre. Des haters l’ont même classé dans la liste des célébrités les moins amusantes sur un site britannique.” 
  • Elle n’est pas vraiment belle et beaucoup se demandent pourquoi elle a été qualifiée de « femme fatale ».”

Comment vous sentez-vous après avoir lu toutes ces phrases à la suite ? Personnellement, cela me met plutôt mal à l’aise. J’ai la sensation d’assister à un pilori des temps modernes, où l'on condamne ces femmes pour un physique jugé indigne de leur réussite.

Les célébrités sont clouées au pilori si on les trouve moches

Des affirmations plus moches que les célébrités ciblées

Bien sûr, chacun est libre d’apprécier ou non un physique. On ne peut pas plaire à tout le monde et, heureusement, tous les goûts sont dans la nature ! Ce qu'une personne considère comme beau peut être déplaisant pour une autre, mais cela justifie-t-il un tel jugement de valeur ? D'affirmer que des célébrités, des femmes simplement, sont moches ?

Dans son A propos, marie france se présente comme un magazine qui s’adresse “à toutes les femmes d’aujourd’hui” et qui pose “un regard vrai sur la société contemporaine”. Si j’en crois les extraits cités précédemment, toutes les femmes d’aujourd’hui devraient se conformer à un standard de beauté universel. Quant à leur vision de la société actuelle, j’y vois celle d’une société où peu importe le talent, pourvu qu’on ait le physique. Chacun voit midi à sa porte, me direz-vous.

Je ne peux toutefois m’empêcher de réagir à cela. On devrait réellement s’étonner qu’une célébrité ait du succès car elle est douée dans son métier ? De beaux yeux et un sourire radieux sont-ils de si médiocres atouts qu’ils doivent être dénigrés ? Lorsque je lis que c’est “surtout grâce à sa forte personnalité et non à sa beauté” qu’une femme est devenue célèbre, cela me sidère qu’un magazine féminin ose écrire de telles choses à destination des femmes. Plutôt ironique, vous ne trouvez pas ?

Paradoxe des célébrités trouvées moches au naturel et après la chirurgie

Tout d’abord, la beauté physique n’est pas quelque chose d’absolu. Ensuite, cela sous-entend que la beauté est censée primer sur la personnalité et en être entièrement dissociable. Nous sommes un tout et non pas uniquement la somme des proportions de notre visage ou de notre corps !   

La beauté du paradoxe : le magazine trouve ces célébrités moches, au naturel ou botoxées

A peine arrivée à la moitié de ce diaporama, le terme “moche” se pose là, l’air de rien, en écho au titre qui manifestement ne se suffisait pas à lui-même. Une affirmation tout en finesse et en subtilité, sans aucun égard pour l’actrice en question. En lisant cela, je me suis demandée si la personne à l’origine de ce texte avait imaginé ne serait-ce qu’un instant ce qu’elle ressentirait si quelqu’un écrivait la même chose à son sujet.

Plus on avance, plus les critiques sont acérées. On se croirait dans un mauvais stand-up où les blagues ne sont qu’un enchaînement de méchanceté gratuite au son creux. "Ces célébrités sont tellement moches, que..." Vous voyez ce que je veux dire. Le fait que le temps fasse son oeuvre sur notre peau est-il forcément synonyme de laideur ? Comble du paradoxe, cette plume assassine n'épargne pas non plus l’usage du botox ou de la chirurgie. Est-il finalement possible de trouver grâce aux yeux de quiconque a rédigé ces mots ? 

De plus, lorsqu’un magazine féminin affirme qu’une beauté devient toute relative en raison de la multiplication de ses rides, il n’est pas étonnant que certaines femmes recourent à la chirurgie pour ralentir le temps. Au lieu de souligner à quel point vous trouvez que ces célébrités sont moches, pourquoi ne pas plutôt rappeler à quel point il est naturel de vieillir ?

Cesser de dire que des célébrités sont moches parce qu'elles vieillissent
Photo by Malin K. on Unsplash

Ensuite, lorsque je lis au sein de trois phrases successives qu’une célébrité est élégante, mais trop maigre et que des haters ne la considèrent pas comme amusante, je finis véritablement par me demander où se situe la logique de cet écrit. Bien sûr, tout le monde sait que l’élégance est une question de corpulence et de divertissement. De plus, parler de “haters” lorsqu’on fait une parution de ce type, c’est un peu…moche, non ?

Simplifier l’art de décomplexer : non, ces célébrités et les femmes en général ne sont pas moches

Finalement, cette publication critique tout et son contraire. Celles qui s’assument au naturel feraient mieux d’envisager une chirurgie tandis que celles qui l’ont fait auraient mieux fait de s’abstenir. 

L’intention était probablement de permettre aux lectrices, des femmes “ordinaires”, de se sentir éventuellement décomplexées en voyant que mêmes les célébrités peuvent être moches ne sont pas parfaites. Qu’elles aussi prennent de l’âge, peuvent avoir certains traits proéminents et que les proportions de leur visage ne sont pas celles du nombre d’or (ce qui reste là encore à l’appréciation de chacun). 

Mais quel bien y a-t-il à dénigrer ainsi le physique d’autrui, célébrité ou non ? Je suis persuadée qu’il existait bien d’autres manières de présenter les choses avec beaucoup plus de simplicité et une approche bien plus positive. 

Si l’objectif de ce magazine est véritablement de s’adresser à toutes les femmes d’aujourd’hui, il serait peut-être de bon goût de communiquer avec plus de bienveillance. Et si ce regard sur la société contemporaine est vrai, alors en ce qui me concerne, j’irai chercher ailleurs. Il paraît que c’est là que se trouve la vérité. 

Et si vous avez besoin d'un coup de pouce, définissons ensemble votre accompagnement idéal !


Melody, 1m50 et une envie de pousser les murs !
(ou comment je suis devenue Conseillère en image)

La base du Conseil en image

Lorsque vous venez me rencontrer pour que je vous accompagne dans la révélation de votre harmonie personnelle, nous commençons toujours par un échange destiné à mieux vous connaître. Ceci est la base de mon métier de Conseillère en image.

En effet, il est pour moi important de comprendre les raisons de votre venue et votre rapport à votre image. Autrement, comment pourrais-je vous donner les conseils adaptés à vous et à personne d’autre ?

J'oriente mes séances de coaching en image sur vous et vos besoins du début à la fin. Pour que notre collaboration soit efficace, nous devons instaurer une relation de confiance. Toutefois, je suis consciente qu’il peut être difficile de parler de soi à une personne que l’on ne connaît pas. 

C’est pourquoi j’ai pensé qu’il serait bon de commencer par me présenter ici. Je vous serai alors plus familière et vous serez plus à l’aise lors de notre premier échange !

A propos de moi et mon parcours

Je m’appelle Melody, et je mesure 1m50 (c’est important pour la suite de l’histoire). Mes 3 plus grandes passions sont :

  • les voyages...

  • la photographie...

  • et le Japon.

Et la mode dans tout ça me direz-vous ? Je vais justement vous raconter pourquoi et comment je suis devenue Conseillère en image.

J’ai travaillé plusieurs années dans la communication, dans différents secteurs, à des postes plus ou moins liés. Autrement dit, mon travail a toujours consisté à… communiquer. Échanger, être à l’écoute des autres, de leurs besoins, leurs problématiques, leurs aspirations.

Ce que j’aimais le plus dans mes précédents emplois, c’était surtout ce qui découlait des échanges, plus que les échanges eux-mêmes. Répondre à leurs besoins, trouver une solution à leurs problématiques, concrétiser leurs aspirations.

Car finalement, ces échanges n’étaient pas destinés à mieux nous connaître, ni même à contribuer à un quelconque bien-être personnel. Sauf qu’à cette époque, je ne le voyais pas encore.

Rien n'arrive par hasard

Au bout de quelques années, j’ai commencé à sentir que je n’étais pas tout à fait là où je voulais être. Ceci dit, je ne savais pas non plus tout à fait où je voulais aller.

J’étais aussi incommodée par cette sensation d’être coincée dans mon propre (petit) corps. Comme si mesurer 1m50 et paraître beaucoup plus jeune que mon âge était un obstacle à mon accomplissement. Un obstacle pour faire entendre ce que j’avais à dire. Un obstacle pour être prise au sérieux. Je ressentais une réelle envie de pousser les (mes) murs.

Cela pourra sembler dérisoire à certaines, très parlant à d’autres. Bref, hasard ou synchronicité, on m’avait récemment parlé du métier de Conseillère en image. Ca ne m’était pas totalement inconnu, mais je ne m’étais jamais réellement penchée sur le métier du Conseil en image et ce qui se cachait derrière.

L'élément déclencheur : ma rencontre avec une Coach en image

Arrivée au point où je ne supportais plus de me sentir enfermée avec moi-même et cette image de « jeune fille » dont je ne voulais plus, j’ai décidé d’aller voir une Conseillère en image pour avoir des conseils concrets sur comment « faire mon âge ».

Ces quelques heures passées avec elle m’ont éclairée sur les changements possibles dans ma façon de m’habiller, de me coiffer, d’alterner mes tenues tout en restant fidèle à ma personnalité. Au fond de moi, j’avais déjà conscience de certaines choses que je pouvais modifier. Je crois que j’avais simplement besoin de les entendre de la part d’une professionnelle pour enfin passer à l’action.

Je vais être totalement transparente avec vous. Ce n’est pas uniquement cette démarche qui a totalement fin à mes « conflits » intérieurs. Néanmoins, je sais que cela m’a permis d’entamer un réel processus de changement dans ma façon d’être et de penser.

Au fond, j’ai contribué à créer cette image de « jeune fille » en acceptant qu’on me voit ainsi. J’ai entretenu cette image en ne faisant rien pour la changer. En bâtissant cette projection dans ma tête, je l’ai matérialisée et l’ai laissée prendre le dessus sur moi. J’ai compris, en commençant par ajuster mon style, que je pouvais donner aux autres l’image que je voulais qu’ils aient de moi.

Trouver le (bon) sens

Revenons-en à mon parcours. A l’issue de mon expérience avec cette Coach en image, j’ai trouvé que ce qu’elle proposait allait bien au-delà du simple « relooking » comme vous pouvez le voir à la télé. Je me suis donc intéressée de plus près à cette profession et je me suis dit : « Ce métier à du sens ». Le sens. C’était peut-être ça ma destination.

J’ai donc effectué une formation pour moi-même devenir Conseillère en image et sans même que je m’en aperçoive, la vie m’avait petit à petit emmenée là où je devais être. La passion pour la mode donc ? Encore une fois, je vais être 100% honnête avec vous. Beaucoup de Conseillères en image ont toujours été passionnées par la mode, certaines sont même diplômées d’une école de mode où ont longtemps travaillé dans le prêt-à-porter.

Ce n’est pas mon cas. Mon profil est différent et je l’assume. J’ai bien sûr toujours aimé la mode mais cela n’entre pas dans le Top 3 de mes passions. Et pour autant, je prends énormément de plaisir à faire mon travail ! Si j’ai choisi de faire ce métier, c’est par passion pour l’humain. Pour apporter aux autres ce que ce métier m’a apporté à moi-même.

J’ai confiance en moi et le seul regard dont je dépends est le mien. Aider les autres à adopter cette confiance, voilà quelque chose qui a du sens pour moi. Grâce à ce métier, je peux échanger avec vous dans le but de mieux vous connaître ET vous apporter mon aide. Je peux contribuer à votre épanouissement et votre harmonie par l‘écoute, l’énergie positive et transmission du goût de la liberté de choisir ce qui vous fait vous sentir bien.

Le mot de la fin

Pour résumer (bravo si vous avez eu le courage de lire cet article jusqu’au bout!), pour moi, être Conseillère en image, c’est mettre son écoute au service du bien-être d’autrui en l’aidant à réaligner son image avec sa personnalité. C’est être capable de s’investir pour aider à retrouver la confiance en soi, l’amour et l’estime de soi. C’est s’investir pour rendre à nouveau possible ce que vous pensiez ne plus l’être. Redonner de la joie et le bonheur de vivre avec soi-même.

Le métier de Conseillère en image est bien plus riche de sens que la surface montrée dans les médias.

Je trouvais également important de vous partager mon parcours pour que vous sachiez une chose. Les Conseillères en image ne sont pas toutes nées pleines de confiance en elles.

Là encore, tout est une question d’image.

J’espère que vous trouverez cet article utile. Bien sûr, je me ferai un plaisir d’échanger avec vous pour vous accompagner. Notre travail consistera à tout mettre en oeuvre pour vous aider à sortir de la case dans laquelle vous vous sentez enfermée.

Si vous souhaitez en savoir encore un peu plus sur moi (on ne sait jamais), rendez-vous sur cette page.

Melody, votre révélatrice d'harmonie.


Un salon de beauté pour redonner de la pêche à votre regard

Aujourd’hui, je vous parle d'épilation des sourcils dans un salon parisien consacré à la beauté du regard, qui a changé ma vue. Ou devrais-je dire, ma vision sur mon propre regard.

Je vous explique.

De la maison au salon

Durant de nombreuses années, j'épilais moi-même mes sourcils à la pince, en suivant consciencieusement la ligne que ma mère avait tracé lorsque j’étais ado. Cela me convenait très bien et je ne m’étais jamais posé de question.

Puis, je suis devenue Conseillère en image. J’ai alors réalisé à quel point nous sous-estimions bien souvent les sourcils parmi les nombreux soins beauté habituels.

Certes, pour ma part, je ne les négligeais pas totalement puisque je les épilais régulièrement. Néanmoins, il est vrai que je pouvais leur apporter encore plus d’attention pour mettre mon regard bien plus en valeur.

En effet, valoriser son regard ne se limite pas à arborer un maquillage bien exécuté. Avoir des sourcils bien dessinés a un effet au moins tout aussi important. A tel point que même sans être maquillée, des sourcils bien entretenus ont vite fait de donner à votre regard une toute autre allure.

J’ai donc décidé de faire une restructuration des sourcils dans cet excellent salon : j’ai nommé Peach Beauty. 

Peach Beauty Salon pour épilation des sourcils

Phase 1 : la repousse

En vue d’une restructuration de sa ligne de sourcils, il est nécessaire de les laisser pousser pendant un bon mois avant de procéder à l'épilation. Je vous entends d’ici : “Un mois ? Mais c’est beaucoup trop long ! Je ne vais pas pouvoir sortir comme ça !”.

Je vous l’accorde, cette phase de “repousse de l’extrême” est parfois un peu compliquée à vivre. On n’a qu’une envie : arracher tous ces petits poils ! En revanche, soyez tranquille, personne ne vous fera la moindre remarque ! Les autres sont bien trop occupés à leurs propres pensées et on s’imagine souvent les choses pires qu’elles ne le sont en réalité ;)

Phase 2 : le diagnostic

Une fois la repousse suffisamment avancée pour donner matière à travailler, il est temps de prendre rendez-vous pour l'épilation des sourcils.

Passée la porte du salon Peach Beauty, on arrive dans une atmosphère chaleureuse, féminine, aux murs et au mobilier couleur pêche (évidemment!), contrastée par des touches d’un beau vert végétal.

Je patiente quelques instants dans un fauteuil en velours, le temps que l’esthéticienne prépare ma table. 

Une fois installée, elle me tend un miroir et me demande ce que j’aimerais comme ligne de sourcils. Pour donner un peu plus de caractère à mon regard, je lui dis que j’aimerais marquer légèrement plus mon arc, pour obtenir un rendu moins arrondi, qui ne soit pas trop anguleux pour autant. 

Elle mesure mes sourcils, les observe et prend bien le temps de m’expliquer comment chacun d'eux est actuellement dessiné. Elle me montre où je devrai continuer à les laisser pousser pour combler les manques et m’indique comment remplir au crayon ce qui ne repoussera pas : j’ai en effet une cicatrice au sourcil gauche. 

Après avoir nettoyé la zone de mes sourcils, elle trace au crayon la future ligne à leur donner.

Elle m’explique qu’elle va d’abord effectuer un premier tracé, puis que je pourrai lui dire si je souhaite des modifications, afin de parvenir au résultat qui me satisfera pleinement. 

Phase 3 : l'épilation des sourcils (et les petites larmes)

Allumage des feux. Je vous conseille d’aller à votre premier rendez-vous SANS MAQUILLAGE aux yeux. Pourquoi ? Imaginez vous, tel un cerf dans la nuit, fixant des pleins phares à moins d’un mètre de vous, tout en vous faisant retirer le pelage les poils à la pince… Cela se solde généralement par des larmes. 

Photo by Rajiv Bajaj on Unsplash

En effet, la lumière de la lampe est tellement puissante que je peux difficilement garder les yeux ouverts durant toute l’épilation. Résultat : je pleure, mon maquillage coule et je finis comme un panda. Heureusement, mon esthéticienne est aux petits soins et me tend un mouchoir pour sécher mes petites larmes :) 

Premier tracé effectué, je suis déjà éblouie par le changement (et la lumière aussi, mais ça vous l’avez compris) ! Toutefois, je me demande s’il n’y a pas encore un peu trop d’épaisseur. Nous nous mettons d’accord pour désépaissir un peu. Pour garder un rendu le plus naturel possible, elle retire un tout petit peu de poils sur la ligne supérieure, sans rien exagérer. Cela me facilitera d’autant plus l’entretien avant mon prochain rendez-vous. 

Phase 4 : le (grand) sourire

Après 30 minutes de séance, me voici avec les plus beaux sourcils que j’ai jamais eus ! Je vous assure que je me suis vue dans le miroir avec un tout autre regard. Dans tous les sens du terme !

Malheureusement, j’ai oublié de prendre des photos de mes sourcils lors de ma première venue, mais vous pouvez cependant voir la différence entre avant et après une séance d’entretien de la ligne. Je trouve cela déjà très parlant !

Voilà, vous savez tout ! 

En plus de l'épilation des sourcils, Peach Beauty propose également d’autres prestations telles que le microblading, le rehaussement de cil, des patchs taches de rousseur… 

Si vous aussi vous aimez ce salon ou que vous avez d'autres bonnes adresses à partager, dites-le moi en commentaire !

Peach Beauty 

Du mardi au samedi, de 10h à 19h

76 rue de Charenton

75012 Paris 

01 45 83 26 12

Pour prendre rdv : C'est par-ici !