Portrait d’une Conseillère en image qui ne rentre pas dans les cases

Quand une personne vient me voir pour que je l’accompagne dans l’atteinte de son objectif, je lui pose toujours des questions destinées à mieux la connaître.

En effet, il est pour moi très important d’apprendre les raisons qui ont mené cette personne jusqu’à moi, la façon dont elle se voit et dont les autres la perçoivent. Autrement, comment pourrais-je lui donner des conseils pertinents ?

Toutefois, je me rends compte qu’il peut être difficile de parler de soi à une personne que l’on ne connaît pas. Mes séances de coaching en image étant centrées sur vous du début à la fin, vous aurez peut-être l’impression de ne pas me connaître autant que vous le souhaiteriez.

C’est pourquoi j’ai pensé qu’il serait bon de commencer par me présenter plus longuement ici. Vous aurez ainsi une légère avance sur moi lors de notre rencontre et vous serez plus à l’aise pour me parler de vous.

Je m’appelle Melody et je n’aime pas la musique. (Sérieusement?!) Non, bien au contraire ! J’ai pratiqué le piano pendant 12 ans et mon prénom me vient tout droit d’une célèbre chanson de Gainsbourg. Vous l’aurez compris, j’aime plaisanter et je ne me prends pas au sérieux.

Mes 3 plus grandes passions sont :  

les voyages…

la photographie…

et le Japon.

Et la mode dans tout ça me direz-vous ? Je vais justement vous raconter pourquoi et comment je suis devenue Conseillère en image.

De l’importance de communiquer…avec soi-même

J’ai travaillé plusieurs années dans la communication, dans des secteurs très différents, à des postes plus ou moins en lien les uns avec les autres. Autrement dit, mon travail a toujours consisté à… communiquer. Échanger, être à l’écoute des autres, de leurs besoins, leurs problématiques, leurs aspirations.

Ce que j’aimais le plus dans la communication, c’étaient surtout les actions qui découlaient des échanges avec mes interlocuteurs. Plus que les échanges en eux-mêmes. Répondre à ces besoins, trouver une solution à ces problématiques, rendre concrètes ces aspirations.

Car finalement, ces échanges n’étaient pas destinés à mieux nous connaître, ni même à contribuer à un quelconque bien-être personnel. Sauf qu’à cette époque, je ne le voyais pas encore.

Au bout de quelques années, j’ai commencé à sentir que je n’étais pas tout à fait là où je souhaitais être. Ceci dit, je ne savais pas non plus tout à fait où je souhaitais aller.

J’étais aussi incommodée par cette sensation d’être coincée dans mon propre corps. Comme si mesurer 1,50m et paraître 5 à 7 ans plus jeune que mon âge étaient un obstacle à l’accomplissement de ce que voulais faire. Un obstacle pour faire entendre ce que j’avais à dire. Un obstacle pour être prise au sérieux en somme (crise de la trentaine ? Peut-être).

Cela pourra sembler dérisoire à certain(e)s, très parlant à d’autres. Bref, hasard ou synchronicité, on m’avait récemment parlé du métier de conseillère en image. Bien sûr, ça ne m’était pas totalement inconnu (tout le monde connaît Cristina Cordula). Mais soyons honnêtes, je ne m’étais jamais réellement penchée sur le métier de Conseillère en image ni sur ce qui se cachait derrière.

L’élément déclencheur

Je suis arrivée au point où je ne supportais plus de me sentir enfermée avec moi-même et cette image de « jeune fille » dont je ne voulais plus. J’ai donc décidé d’aller voir une Conseillère en image pour avoir des conseils concrets sur comment « faire mon âge ».

Ces quelques heures passées avec elle m’ont éclairée sur les changements possibles dans ma façon de m’habiller, de me coiffer, d’alterner mes tenues sans avoir à renoncer à ma personnalité. Au fond de moi, j’avais déjà conscience de certaines choses que je pouvais modifier. Néanmoins, je crois que j’avais besoin de les entendre de la part d’une professionnelle pour enfin passer à l’action.

Je vais être totalement transparente avec vous, ce n’est pas uniquement cette démarche qui a entièrement mis fin à mes « luttes » intérieures. Néanmoins, je crois sincèrement que c’est ce qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier pour entamer un réel processus de changement dans ma façon d’être et de penser.

A bien y réfléchir, j’ai clairement contribué à créer cette image de « jeune fille » en acceptant que les autres me voient comme telle. J’ai entretenu cette image en ne faisant rien pour la changer. En bâtissant cette projection dans ma tête, je l’ai matérialisée et l’ai laissée prendre le dessus sur moi. Sauf que voilà, j’ai fini par comprendre, en commençant par ajuster mon style, que je pouvais donner aux autres l’image que je voulais qu’ils aient de moi.

La quête de sens

Revenons-en à mon parcours. A l’issue de mon expérience avec cette Conseillère en image, j’ai trouvé que ce qu’elle proposait allait bien au-delà du simple « relooking » que vous pouvez voir à la télé. Je me suis donc intéressée de plus près à cette profession. C’est alors que je me suis dit : « Ce métier à du sens ». Le sens. C’était peut-être ça ma destination.

Crédit photo: Chabe01, Wikimedia Commons, License Creative Commons

J’ai effectué une formation pour moi-même devenir Conseillère en image. Sans même que je m’en aperçoive, la vie m’avait petit à petit emmenée là où je devais être. La passion pour la mode donc ? Là encore, je vais être 100% honnête avec vous. Beaucoup de Conseillères en image ont toujours été passionnées par la mode. Certaines sont même diplômées d’une école de mode où ont longtemps travaillé dans le prêt-à-porter.

Ce n’est pas mon cas (surprise !). Mon profil est différent et je ne m’en cache pas. J’ai bien sûr toujours aimé la mode mais cela ne fait pas partie du Top 3 de mes passions. Et ça ne m’empêche pas de bien faire mon travail. Si j’ai choisi de faire ce métier, plus que par  passion pour la mode, c’est surtout par passion pour l’humain. Pour apporter aux autres ce que ce métier m’a apporté à moi-même.

J’ai confiance en moi et le seul regard dont je dépends est le mien. Aider les autres à adopter cette confiance, voilà quelque chose qui a du sens pour moi. Grâce à ce métier, je peux échanger avec des personnes dans le but de mieux les connaître et leur apporter mon aide. Contribuer à l’épanouissement d’autres femmes par l’accompagnement, l‘écoute active et la bienveillance.

Le mot de la fin

Pour résumer (bravo si vous avez eu le courage de lire cet article jusqu’au bout !), pour moi, être Conseillère en image, c’est mettre son écoute au service du bien-être d’autrui en l’aidant à réaligner son image avec sa personnalité. C’est être capable de s’investir pour aider à retrouver la confiance en soi, l’amour et l’estime de soi. C’est s’investir pour rendre à nouveau possible ce que vous pensiez ne plus l’être. C’est redonner de la joie et le bonheur de vivre avec soi-même.

P.S : Le métier de Conseillère en image est bien plus riche de sens que la surface que l’on voit dans les médias.

Je trouvais également important de vous partager mon parcours pour que vous sachiez que les Conseillères en image ne sont pas toutes nées pleines de confiance en elles.

Là aussi, tout est une question d’image.

J’espère que vous trouverez cet article utile et bien sûr, je me ferai un plaisir d’échanger avec vous pour vous accompagner. Le travail que nous ferons ensemble ne consistera jamais à vous mettre dans une case. Au contraire, je ferai tout pour vous faire sortir de celle dans laquelle vous vous sentez enfermée.

Pour me contacter, vous pouvez m’écrire ici.

Melody, votre Conseillère en image.